Programme et résumés

Animation de la journée par Claire Hédon, journaliste à RFI et Fabrice Drouelle, journaliste à France Inter

8h00 : Accueil

Ecouter les interventions de la matinéehttp://bit.ly/17SyAli

9h00 : Introduction
André Vallini, sénateur, président du Conseil général de l’Isère, Discours A. Vallini Colloque national sur les violences faites aux enfants
Valérie Trierweiler
André Syrota, président directeur général de l’Inserm, Discours AS-Coll Senat-14-06-2013
Christiane Taubira, Garde des Sceaux, ministre de la Justice Discours C. Taubira – Ouverture Colloque national sur les violences faites aux enfants

9h30 : Rappels sur la loi de mars 2007 réformant la protection de l’enfance par Philippe Bas, ancien ministre de la famille, Interv Ph Bas-Coll Senat-14-06-2013
9h45 : Idées reçues et faits démontrés. Définition et chiffres par Anne Tursz (pédiatre, épidémiologiste, directeur de recherche à l’Inserm), Entretien ATursz-FDrouelle-Coll Senat-14-06-2013;  et Daniel Rousseau (pédopsychiatre, intervenant dans un foyer de l’enfance à Angers)
10h15 : Témoignage de Céline Raphaël, interne de médecine générale et auteur de « La démesure »
10h30 : Enfance maltraitée. Mieux cerner le phénomène pour améliorer le repérage, condition d’une meilleure prévention et protection par Gilles Séraphin, sociologue, directeur de l’Observatoire national de l’enfance en danger (ONED), G Seraphin-ONEDb

11h00 : TABLE RONDE 1 – Le repérage
Président : Philippe Duverger (pédopsychiatre)
Intervenants

12h30 : déjeuner libre

Ecouter les interventions de l’après-midi: http://bit.ly/11sGf2L

14h : Ouverture des débats de l’après-midi
Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, porte-parole du Gouvernement
Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale

14h15 : TABLE RONDE 2 – La transmission d’information préoccupante (IP), le signalement
Président : Gérard Lopez (psychiatre)
Intervenants

15h45 : TABLE RONDE 3 – Le suivi des enfants pris en charge
Président : Fabienne Quiriau (directrice de la CNAPE, Convention Nationale des Associations de Protection de l’Enfant)
Intervenants

17h15: Exposés de clôture

Marie Derain, défenseure des enfants
Dominique Bertinotti, Ministre déléguée auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée de la Famille Discours D. Bertinotti Clôture du colloque sur les violences faites aux enfants

13 réponses à “Programme et résumés

  1. Bonjour, Pourquoi le sujet de la tolérance a l’égard de la violence au sein de la famille, appelée Violence Educative Ordinaire, tremplin pour la violence familiale et faille législative et laissant l’interprétation personnelle dictée les signalements ? Ni rien sur les directives de l’ONU et du Conseil de l’Europe enjoignant les états membres a mettre en place des mesures législatives, de suivis et de formations et informations auprès des parents et enfants eux-mêmes, que la France a ratifié mais pas appliqué, ni pris aucune mesure, refusant la loi dite « anti-fessée », et dont la signature a été dénoncé par la ministre elle-même de retour en France? Ne pas régler ce problème par l’interdiction de toute violence est comme mettre un simple pansement sur une plaie, sans en enlever le couteau..

  2. La situation du droit français sur ce thème est confuse et paradoxale.
    Pendant des années, la Cour de cassation a refusé de considérer la
    convention internationale relative aux droits de l’enfant comme
    directement applicable en droit français.

    On découvre là un paradoxe légal français, car en effet, si le droit français prohibe clairement les violences faites aux enfant dans son article 222-13 du code pénal, et reconnaît la violence contre les mineurs, donc les enfants de moins de 15 ans, comme une forme aggravée de violence, la violence éducative ordinaire n’est pas considérée comme un problème ; elle est acceptée dans l’état des moeurs.

    Une jurisprudence vieille de 200 ans stipule qu’il existe un « droit de
    correction ». Une simple coutume est ainsi invoquée par les juridictions
    contre la règle de droit écrite.

    De même, un jugement du tribunal correctionnel de Bordeaux datant de 1981 fixe que le droit de correction reposerait sur deux conditions : l’agression doit être « légère » et dans un but « éducatif ».

    Qui bénéficie alors du droit de correction ? Un arrêt de 2003 de la
    Cour de cassation considère que les baby-sitters et les nourrices ont ce droit. Cet arrêt porte sur un bébé de 23 mois qui avait reçu une claque de la part de sa baby-sitter. Quel but éducatif peut-on prétendre sur un enfant de cet âge ?

    La loi abolissant les punitions physiques et psychologiques envoie un
    signe fort envers les adultes maltraitants.

  3. Nous banalisons la violence éducative ordinaire en transmettant à nos enfants une réalité cognitive de notre civilisation. En effet, l’enfant incorpore quand il a été frappé que c’est banal, que c’est normal.

    Toutes les études internationales démontrent que l’usage de violences éducatives ordinaires fait croire aux enfants que la violence est acceptable.

    Elle devient un outil pour résoudre les conflits ou pour obtenir ce que l’on désire.

  4. Dans ce programme ne figure pas la rubrique :ne plus pousser et influençer les femmes et les hommes a enfanter. Changer les mentalités et faire tomber la pression sociale à ce sujet pour réduire les risques de maltraitance, et laisser le choix, sans juger de ne pas avoir d’ enfant.

  5. Bonjour, j’ai découvert l’existence de ce colloque en lisant l’article paru dans Libération hier. Aussi il est trop tard pour s’y inscrire… Je me demandais si des actes ou écrits seront disponibles dans les semaines à venir. Ce sujet m’intéresse d’autant plus que je suis travailleure sociale enfance à de l’Aide Sociale à l’Enfance, et que l’article exprimait certaines faiblesses de la loi 2007et de ces conséquences, que j’observe trop souvent malheureusement. Merci d’avance pour votre réponse.

    • Nous faisons en sorte que les actes soient publiés avant la fin 2013. Par ailleurs, les enregistrements de toutes les interventions et des débats sont disponibles sur ce site (voir les liens vers les enregistrements, télécharger et lire avec Windows Media Player, ou autre).

  6. j’ai participé aux débats avec madame Taubira et madame Bertinotti lors de la réunion au ministère de la justice , correspondant de presse , je souhaite participer au débat , sur ce sujet . 06 80 84 61 56 .

  7. Félicitations! Enfin des voix pour porter la douleur de ces enfants. Il est essentiel que ce problème de société soit érigé en « grande cause nationale ». Les faits divers atroces qui sont relayés par les médias ne sont malheureusement pas des cas isolés qui se juxtaposent mais un véritable phénomène social qui s’instaure et sur lequel la société ferme les yeux. Prise de conscience, formation des professionnels et courage (notamment politique) pourront faire évoluer les choses, j’espère…

  8. oui trop d enfants maltraités soit psychologiquement soit physiquement,quand les particuliers ont des doutes de maltraitance a la police ou service sociaux ceux si regardent si li y a des antécédants sur ces personnes,dans le cas ou il ni a rien cela va au panier ou alors ils convoquent les parents et si ils présentent bien et parlent bien il ni a pas de suite cela est triste,tout le monde a le droit de se défendre,mais je pense qu il faudrait plus écouter la voix des enfants.mettre des lieux publics pour que les enfants puissent se réfugier d eux meme ou amener par des tiers

  9. Ce colloque devait certainement être très interessant, aux regards d »es thèmes abordés et des intervenants invités à participer aux tables rondes. Pour ma part, je suis affligée de voir que parmi tous ces professionnels ne figurent aucuns travailleurs sociaux pourtant en prise directe quotidiennement avec des enfants victimes de mauvais traitements. Faire le diagnostic de la maltraitance c’est bien, donner les moyens aux professionnels pour être en oeuvre de vrais mesures de prévention c’est mieux. Cordialement

  10. Les enregistrements audio sont inaccessibles depuis plusieurs jours :
    Error (509) This account’s public links are generating too much traffic and have been temporarily disabled!
    Merci d’y remédier, afin de permettre la diffusion des informations issues de ce colloque public.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s